lundi 23 novembre 2009

Adam... Eve... A qui la faute ?

Chers amis Toastmasters, chers invités, je vais vous raconter une histoire, l’histoire d’une simple pomme qui changea le cours de la destinée de l’humanité.

Imaginez le jardin d’éden, il y a de cela des milliers d’années, imaginez des arbres de toutes espèces, d’aspects attrayants et bons à manger, arrosés par un grand fleuve, et au milieu du jardin, l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Imaginez dans ce cadre féérique, deux personnages : Adam et Eve qui y vivaient en parfaite harmonie avec la flore et la faune.

Un jour, le serpent, qui est Lucifer, l’Ange de lumière, le plus beau et le plus intelligent des anges, à qui le projet de Dieu pour l’humanité déplaisait au plus haut point, s’approcha d’Eve. Croyez-moi, ce n’était pas fortuit et vous comprendrez le pourquoi de ce choix par la suite.



Le serpent, donc, s’approcha d’Eve et lui demanda innocemment : est-il vrai que Dieu aurait dit : " Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin? " Et Eve de répondre : " Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. "

Alors le serpent lui dit " Non, vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. " Eve s’empara alors de la pomme et la croqua… Que voulez-vous, la curiosité féminine ne date pas d’aujourd’hui.

Figurez-vous, chers amis, qu’Adam était présent. Il était bel et bien-là. Caché, à proximité, derrière un gros arbre, il observait attentivement, attendant de voir quel serait le sort d’Eve, après qu’elle eut désobéi en mangeant la pomme.

En effet, rappelez-vous la mise en garde de Dieu : « Tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras ». Et c’est à Adam que Dieu s’adressait, car Eve, elle, n’avait pas encore été créée, ce pourquoi satan choisit de s’adresser à elle... Adam, attendait donc qu’Eve tombe raide morte.

Voyant qu’il n’en était rien, il sortit de derrière son gros arbre et s’approcha gaillardement de sa côte. Feignant de n’être au courant de rien, il s’enquit de la situation et s’empressa de croquer la pomme qu’Eve lui tendit, surtout qu’il l’avait entendu dire que c’était bon.

Ah ! Félonie masculine, à jamais, symbolisée par la fameuse pomme d’Adam qui, ne vous en déplaise, chers Messieurs, orne vos cous… Et tenez-vous bien, Adam n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Aussi, lorsque Dieu l’interpella sur la faute qu’il venait de commettre, il but la coupe jusqu’à la lie et accusa, sans vergogne, sa femme et Dieu. Oh ! Suprême lâcheté d’Adam qui lui valut, entre autres, d’être chassé du paradis avec Eve, ainsi que le serpent.

Adam était bel et bien là et il eut suffi qu’il fît preuve d’un peu de courage pour que le dessein de Dieu pour l’humanité se réalisât sans souffrance. Il eut suffi qu’il manifesta son autorité sur le serpent, en lui commandant de ne plus s’approcher de la chair de sa chair, pour que la pomme ne fut jamais mangée. Il eut suffit également qu’il eut assez de courage pour reconnaître sa faute et implorer la miséricorde de Dieu pour que les hommes et les femmes demeurent à jamais dans le Jardin d’Eden.

Adam aurait été courageux qu’il aurait épargné à sa descendance, que nous sommes, d’avoir à porter une croix que nous jugeons toujours trop lourde et d’avoir à être  sans cesse, sur nos gardes afin d’éviter les tentations dont satan, l’ennemi antique, ne cesse de parsemer notre vie sur la terre.

Et voilà comment, une simple pomme parce qu’elle fut croquée, changea drastiquement que dis-je dramatiquement le destin de l’humanité.

Mais, rassurez-vous, Cher(e)s ami(e)s Toastmasters, cher(e)s invité(e)s, Dieu, étant la Sagesse, savait que pour le salut de l’humanité, il fallait associer la femme, dès l’origine : d’où le « OUI » de la Vierge Marie qui nous valut le Messie, Jésus Christ, son fils notre Sauveur !

Alors Mesdames, à l’instar de la mère de Dieu, disons oui, et au nom de la vie, mobilisons-nous et agissons pour le salut de l’humanité, car il ne saurait y avoir de développement durable sans la femme.
A propos de l'auteur : Marie-Laure EGUE-KRAIDY est membre du Club Toastmasters AGORA. Elle en est la Vice Présidente Relations publiques pour l'exercice 2009-2010. Elle est Magistrat. Elle est actuellement Directeur des Relations Extérieures de l'Agence Ivoirienne de Coopération Francophone (AICF).

5 commentaires :

htouray a dit…

Le coupable n'est pas celui qu'on croit.

Anonyme a dit…

Orignal! Un rappel de discours pour souhaiter à notre VP Relations Publiques, un joyeux anniversaire.

Accusée, levez-vous et jurez de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. A qui la faute?

Au fait, doit-on dire magistrat ou magistrate? Ah! Adam, avec la question du genre, cet autre serpent, tu n'es peut-être pas encore sorti de l'Eden!

Pilland a dit…

Interesting indeed! I arrived here just surfing, but I think I’ll be coming back again from time to time.
Best wishes from an Estonian living in Italy

P.S. I did submit my account among Your "Membres"

P.S.2 In my blog about borders there is a view from Niger too.

Anonyme a dit…

et la vérité fut revelé aux hommes.franchement, puisse Dieu continuer de reveler ses choses cachées afin que Nul n'en ignore.
bien à toi.

AS. Messaline a dit…

I luvvvvvvvvv ... j'enrage de voir que les mots qui qualifient les mieux les hommes soient curieusement tous ( ou presque) au féminin : félonie, lâcheté ...